Massothérapeute du mois de janvier & février : Julie Carré - Equilibre et Detente Inc. Ecole de Massotherapie
24550
post-template-default,single,single-post,postid-24550,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.7,side_area_slide_with_content,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Massothérapeute du mois de janvier & février : Julie Carré

 

: Sophie Jean Photographe :

J’ai goûté à la massothérapie pour la première fois dans une période creuse de ma vie durant laquelle mon système nerveux était hautement débalancé et où j’ai ressenti l’urgence de ralentir. Le massage californien m’a remis en contact avec mon corps et m’a permis de rééquilibrer ma vie. Chaque fois que je recevais un massage, j’en ressortais avec un fort désir de faire vivre aux gens qui m’entourent cet état de paix et de bien-être que j’expérimentais.
 
À un moment, j’ai réalisé que ce que j’avais fait de ma vie jusqu’à maintenant ne me convenait plus du tout, et pour me sentir épanouie, j’avais plus que jamais besoin de faire une différence autour de moi. Devenir massothérapeute m’est alors apparu comme une évidence.
 
Durant ma formation avec l’école Équilibre et Détente, j’ai eu un profond coup de cœur pour l’anatomie. Le corps humain est fascinant et comprendre ses systèmes m’a ouvert les yeux sur bien des aspects de ma propre vie. Le problème c’est qu’on a tendance à faire tout le contraire de ce qu’il a besoin pour bien fonctionner : à commencer par le stress. On supporte généralement beaucoup trop de stress dans nos vies avant de s’autoriser des moments de détente, de bienveillance et de retour à soi. Notre machine n’a pas été conçue pour supporter autant de stress de façon aussi constante.
 
En tant que massothérapeute, j’aime aider les gens à se sentir bien dans tout leur être, diminuer leurs douleurs, apaiser leur anxiété, mais j’ai surtout un fort appel pour l’éducation. Je suis convaincue que plus on comprend notre corps, plus il est facile de faire des choix de vie sains et conscients qui deviennent une évidence et non une corvée. On fait tous des changements d’huile réguliers sur nos voitures, mais je ne crois pas qu’on entretienne aussi bien notre unique véhicule de vie.
 
Je suis toute nouvelle dans le métier, mais ma mission est claire : partager avec le plus grand nombre de gens possible (et particulièrement les jeunes) de l’information vulgarisée sur les bienfaits du toucher sur le corps humain. J’aimerais que la massothérapie ne soit pas uniquement considérée comme une façon de se détendre une fois par année, mais bien comme un mode de vie pour se sentir bien dans son corps, dans sa tête et son esprit, en tout temps.
 
Depuis que j’ai découvert le massage californien et l’anatomie, j’ai toujours envie d’en apprendre plus. J’ai donc ajouté à ma pratique le massage sur chaise et je poursuis cette année mes apprentissages avec une formation en massage suédois pour élargir mon offre de service et m’assurer de pouvoir répondre aux besoins plus spécifiques de ma clientèle.
 
Prendre soin a toujours fait partie de ma nature profonde. Avec la massothérapie, je sens que je réalise pleinement ma mission de vie. Quelle chance d’avoir eu l’appel pour un si beau métier et d’avoir l’opportunité de me réinventer !